Cour du Commerce, c. 1866

Marville : cour du Commerce

Cour du Commerce, de la rue Saint André des Arts. Paris VIe. Vers 1866.

Version haute définition : 2600 x 3378 pixels.

Marville se trouve cour du Commerce, dans la galerie couverte qui est du côté de la rue Saint André des Arts, et photographie en direction de la rue de l’École de Médecine. À gauche, à la première lanterne sur console, c’est l’entrée du passage de la cour de Rouen.

Fin 1875, le passage de la cour du Commerce va être amputé d’une quarantaine de mètres du côté de la rue de l’École de Médecine, lors du prolongement du boulevard Saint Germain entre les rues Hautefeuille et de l’Ancienne Comédie.

L’un des habitants les plus célèbres de la cour du Commerce fut Georges Jacques Danton (1759-1794). Après avoir épousé Antoinette Gabrielle Charpentier en juin 1787, il s’installe dans un grand appartement de la cour du Commerce. La maison est facile à situer grâce à de nombreuses pièces, dont l’apposition de scellés chez Danton par le juge de paix Claude Louis Thuillier le 12 février 1796. Ce texte précise que l’appartement était situé au premier étage d’une maison à entresol, et que son salon donnait sur la rue des Cordeliers 1 tandis que d’autres pièces donnaient sur la cour. 1. À cette époque, la rue de l’École de Médecine s’appelait la rue des Cordeliers, dite de l’École de Santé. L’appartement de Danton était donc au premier étage de l’immeuble que nous voyons tout au fond, là où deux fenêtres sont ouvertes au-dessus du passage. La fenêtre du centre est celle de la salle à manger, une pièce octogonale. Cette maison est détruite en novembre 1875.

Les origines de la cour du Commerce remontent aux années 1730 avec un passage en équerre allant de la rue des Fossés Saint Germain 2 à la rue Saint André des Arts, le passage du Jeu de Metz. 2. Actuelle rue de l’Ancienne Comédie. Un plan de 1778 3 montre le passage longeant un terrain arboré portant la légende Jeux de Boule de Metz. 3. Bernard-Antoine Jaillot, Plan de la ville de Paris et de ses faubourgs, dédié au Roi, 1748, corrigé et augmenté en 1778.

Vers 1776, le passage est prolongé jusqu’à la rue des Cordeliers (rue de l’École de Médecine) en même temps que l’on bâtit la plupart des maisons basses, les terrains de jeu ayant disparu. Vers 1791, un passage en direction de la cour de Rouen est percé au travers les vestiges de l’enceinte de Philippe Auguste (la cour du Commerce ayant été bâtie sur les anciens fossés de cette fortification, comblés dans les années 1580). En 1823, le débouché sur la rue Saint André des Arts est remanié en galerie.

La dénomination cour du Commerce Saint André des Arts remonte vraisemblablement aux années 1770. On la trouve par exemple en 1786 dans les Tablettes royales de renommée. On peut aussi lire cour du Commerce Saint André des Arcs en 1789 dans la Gazette de France.

À gauche sur la photographie, après le commerce de ferblanterie, au no 2, c’est l’entrée de l’hôtel meublé de Rouen où résida Sainte-Beuve (1804-1869) dans les années 1830. Après le débouché du passage vers la cour de Rouen, la maison à l’enseigne de serrurier (no 4) abrite la base d’une tour du rempart de Philippe Auguste. L’homme qui lit un journal est semble-t-il devant l’imprimerie (no 8) où Jean-Paul Marat (1743-1793) est réputé avoir fait paraître un temps l’Ami du Peuple.

Quartier École de Médecine, îlot no 18

Cour du Commerce sur le cadastre par îlots de Philibert Vasserot (quartier École de Médecine, îlot no 18), vers 1825. Archives nationales. [2600 x 1560 px.]

Sur le plan ci-dessus, on voit comment les boutiques du côté est (pairs) ont été bâties le long du mur de l’enceinte de Philippe Auguste, dont il reste des vestiges de tours. J’ai fait figurer en rouge l’emprise de l’appartement de Danton, et en cyan la position actuelle de la statue de Danton 4. 4. Une plaque de la Ville de Paris placée dans le passage dit que la statue de Danton que l’on voit sur le boulevard est située à l’emplacement de sa maison. C’est inexact ; l’emplacement serait plutôt à chercher en face des nos 91-93, boulevard Saint Germain. La superposition du tracé des îlots modernes fait apparaître en couleurs plus claires la partie enlevée en 1875 par le boulevard Saint Germain.

Plan cour du Commerce

Position de Marville. [1600 x 1000 px.]

COMMERCE SAINT-ANDRÉ-DES-ARTS (COUR DU). Commence au passage du Commerce ; finit à la rue de l’Ancienne-Comédie, no 21. — 11e arrondissement, quartier de l’École-de-Médecine.

Le mur d’enceinte de Paris construit sous Philippe-Auguste occupait l’emplacement sur lequel cette cour a été bâtie. Elle fut ouverte en 1776, sur des terrains faisant partie de deux jeux de paume. Dans cette cour demeurait Danton en 1792. C’est là qu’il fut arrêté le 31 mars 1794.

COMMERCE SAINT-ANDRÉ-DES-ARTS (PASSAGE DU). Commence à la rue Saint-André-des-Arts, nos 59 et 61, finit à la rue de l’École-de-Médecine, no 32. — 11e arrondissement, quartier de l’École-de-Médecine.

Il faisait partie de la cour du Commerce. Son débouché dans la rue Saint-André-des-Arts n’a été formé qu’au mois de juin 1823 5.

[Félix et Louis Lazare. Dictionnaire administratif et historique des rues et monuments de Paris. Paris, Bureau de la Revue Municipale, 1855.]

5. Le débouché sur la rue Saint André des Arts remonte au XVIIIe siècle. La date de 1823 correspond à la construction de la galerie couverte et des immeubles du côté de la rue Saint André des Arts. Cette distinction entre cour et passage, donnée par les frères Lazare et qui est issue de l’Administration de l’époque (distinction qui est reprise dans la nomenclature de 1898 6), est curieuse car elle ne reflète pas les usages. 6. Ville de Paris. Nomenclature des voies publiques et privées. Paris, imprimerie Chaix, 1898. Le cadastre de Vasserot ne fait état que d’une cour du Commerce pour l’ensemble, comme le font tous les plans précédents. La nomenclature actuelle est d’ailleurs revenue à cet usage premier, ne connaissant que la cour du Commerce Saint-André. On trouve aussi au XIXe les dénominations globales de passage du Commerce et passage de la Cour du Commerce. Quoi qu’il en soit, la définition donnée ici pour la cour (commençant au passage et finissant au 21, rue de l’Ancienne Comédie) est manifestement erronée puisqu’on n’y trouverait ni maison de Danton ni mur d’enceinte comme indiqué.

Par arrêté du 1er février 1877, afin de mettre un peu d’ordre dans les nombreuses voies du Commerce parisiennes, la cour du Commerce du VIIIe est renommée cour Saint Philippe du Roule, celle du Xe est renommée Cour des Vinaigriers, et la rue du Commerce du XVe prend le nom de rue de la Montagne Noire — La cour du Commerce du VIe est la seule à garder son nom.

Suite à une vigoureuse protestation de citoyens de la rue du Commerce qui n’apprécient que modérément le nouveau nom de leur rue, un arrêté du 16 mars 1877 corrige la situation : “Considérant que la modification du nom de la cour du Commerce (sixième arrondissement) rend sans objet le changement de nom de la rue du Commerce à Grenelle ; Sur la proposition du directeur des travaux, arrête : Article premier. La rue et la place du Commerce situées dans le quinzième arrondissement conserveront leur dénomination. Art 2. La cour du Commerce située dans le sixième arrondissement prendra le nom de cour du Commerce Saint André. Art 3. L’arrêté du 1er février 1877 susvisé est maintenu dans toutes ses autres dispositions.” (Nous noterons que cet arrêté ne mentionne aucunement le passage des Lazare.)

Datation de la prise de vue : vers septembre 1866.

No xxxCour du Commerce, de la rue Saint André des Arts. Vers 1866.
State Library of VictoriaMusée CarnavaletBHVP (négatif)
CARPH000807NV-004-C-0242
27.6 x 36.328.5 x 37.7
1865-1868vers 1865

Position estimée