Rue de Seine, c. 1867

Marville : rue de Seine

Rue de Seine, de la voûte de l’Institut. Paris VIe. Vers 1867.

Version haute définition : 2600 x 2968 pixels.

Marville se trouve à l’entrée du passage menant place de l’Institut et photographie la rue de Seine. L’objectif est pointé sur le no 10 bis de la rue.

La rue de Seine devait être élargie de 12 à 22 m et son tracé décalé vers l’ouest, ce qui aurait entraîné la démolition de l’intégralité de ses maisons de l’Institut à la rue de Buci. Elle devait en même temps être coupée, à la hauteur du débouché de la rue des Beaux-Arts, par le prolongement de la rue de Rennes jusqu’au quai Conti. Ces projets, déclarés d’utilité publique par décret du 28 juillet 1866, n’aboutiront pas et la rue de Seine a gardé, pour l’essentiel, sa physionomie de 1867.

À droite, dans la vitrine de la maison Jullien et Deplaye faisant commerce de pierres, matériels et produits lithographiques, on peut voir une affiche dédiée à Alois Senefelder (1771-1834), inventeur de la lithographie. Les deux personnages sur le trottoir sont possiblement Messieurs Jean-Gabriel Jullien et Jean-Auguste Deplaye. C’est dans cette boutique, alors occupée par le photographe et éditeur Laurent Ollivier, que Jean-Victor Fischer et Hélène Roger s’installent en 1938 pour fonder la maison de Documentation générale photographique Roger-Viollet.

Plan rue de Seine

Position de Marville. [1600 x 1000 px.]

SEINE (RUE DE). Commence au quai Malaquais, no 1 ; finit à la rue Saint-Sulpice nos 16 et 18. Le dernier impair est 101 ; le dernier pair, 78. Sa longueur est de 678 m. — De 1 à 83 et de 2 à 66 ; 10e arrondissement, quartier de la Monnaie ; le surplus dépend du 11e arrondissement, quartier du Luxembourg.

Première partie comprise entre le quai Malaquais et la rue de Buci. — Ce n’était anciennement qu’un chemin nommé chemin du Pré-aux-Clercs, de la porte de Buci à la Seine, de la porte de Buci au Pré-aux-Clercs. Vers 1510, on la nomma rue de Seine. Cette voie publique ne fut pavée qu’en 1545. Sauval nous apprend qu’elle porta le nom de Dauphine, en raison de l’hôtel Dauphin qui avait été habité par Louis de Bourbon, dauphin d’Auvergne. — Une décision ministérielle du 23 germinal an IX, signée Chaptal, fixa la largeur de cette rue à 12 m.

[…] Une ordonnance royale du 25 novembre 1844 a fixé la moindre largeur de la rue de Seine à 12 m. Les propriétés ci-après ne sont pas soumises à retranchement ; nos 1, 11, 13, 43, 45, 49, de 55 à la fin ; de 12 à 18 inclus, 50, 52, et de 58 à la fin. Celles de 42 à 48 inclus seront supprimées pour la formation d’une place au débouché de la rue Jacob.

[Félix et Louis Lazare. Dictionnaire administratif et historique des rues et monuments de Paris. Paris, Bureau de la Revue Municipale, 1855.]

En application du décret d’utilité publique du 28 juillet 1866, la rue de Rennes, créée en 1854 du boulevard du Montparnasse à la rue de Vaugirard, devait être prolongée jusqu’au quai Conti, débouchant entre l’Institut et la Monnaie. La voie est prolongée en avril-septembre 1867 jusqu’à la rue du Vieux Colombier et d’octobre 1867 à avril 1868 jusqu’à la rue de l’Abbaye. Le prolongement allant de la rue de l’Abbaye au quai ne sera jamais réalisé. La chute du baron Haussmann, puis celle de Napoléon III, des ajournements successifs dans les décennies qui suivirent, l’opposition farouche de l’Institut de France en 1902 lorsque le projet est repris à la faveur de la construction de la ligne no 4 du métropolitain, deux guerres mondiales et l’attentisme de l’administration en auront raison. Il sera définitivement abandonné au début des années 1960.

Environ quarante-cinq immeubles sur les quatre-vingts nécessaires à l’opération furent expropriés ou acquis à l’amiable et versés au domaine privé de la ville. Beaucoup seront vendus aux enchères (par appartements, à échéance des baux) à partir de 1996, suite à plusieurs scandales dans la gestion des “réserves foncières et immobilières composant le domaine intercalaire” sous les administrations Chirac et Tiberi.

Sur la rue de Seine, les nos 2, 4, 6, 8, 10, 14, 16, 22, 24, 26 et 7, 9, 11, 13, 15, 17, 25, 27, 29, ont fait partie du domaine privé (liste non exhaustive), ayant été acquis pour le prolongement de la rue de Rennes et l’élargissement de la rue de Seine.

Certains immeubles communaux ont été démolis, laissant place à des jardins qui devaient être “provisoires” dans l’esprit de leurs concepteurs : le square Honoré Champion, créé en 1935 à la place des nos 2 et 4, et le square Gabriel Pierné, ouvert en 1938 à la place des nos 7 à 11.

Datation de la prise de vue : vers 1867.

No xxxRue de Seine, de la voûte de l’Institut. Vers 1867.
State Library of VictoriaMusée CarnavaletBHVP (négatif)
CARPH000820NV-004-C-0503
27 x 34.329 x 38
1865-1868vers 1868

Position estimée